Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Entre Plaine et Bocage
  • Entre Plaine et Bocage
  • : Balades et découvertes de la Smagne aux sources du Lay
  • Contact

Recherche

Archives

6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 07:00
La Baudière à la Réorthe

La Baudière à la Réorthe

La Cressonnière à Cezais Porte du XVI°

La Cressonnière à Cezais Porte du XVI°

Chatenay à la Chataigneraie

Chatenay à la Chataigneraie

Chateau-Roux indiqué par erreur à Sainte Hermine, il est situé à la Réorthe

Chateau-Roux indiqué par erreur à Sainte Hermine, il est situé à la Réorthe

Château de Bourneau construit en 1870, copie du château d'Azay le Rideau

Château de Bourneau construit en 1870, copie du château d'Azay le Rideau

Château de la Motte à Saint Sulpice en Pareds vers 1915

Château de la Motte à Saint Sulpice en Pareds vers 1915

Repost 0
Published by Charles Antoine VERLY - dans Carte postale Patrimoine local châteaux
commenter cet article
19 mars 2015 4 19 /03 /mars /2015 19:31

CPA

Repost 0
Published by Charles Antoine VERLY - dans Carte postale Patrimoine local
commenter cet article
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 22:54

Vu sur le blog de Généanet une application qui me semble fort intéressante pour l'exploration du petit patrimoine de nos cimetières.

La nouvelle version de "Sauvons nos tombes" est disponible

Connaissez-vous notre seconde application gratuite pour smartphones et tablettes, consacrée à la sauvegarde des photos de sépultures ? "Sauvons nos tombes", comme son nom l'indique, vous permet de photographier toutes les tombes d'un cimetière simplement et rapidement. Une deuxième version est disponible, voyons ce qui change.


Les tombes finissent toutes par disparaître, et avec elles les noms, dates et autres informations qui y sont inscrits. C'est pourquoi nous avons créé le projet "Sauvons nos tombes" : une application connectée aux bases d'ancêtres de Geneanet grâce à laquelle chacun peut facilement photographier des cimetières entiers (ou partiels).

D'un simple clic et grâce à un accès wifi, synchronisez les photos de votre smartphone avec Geneanet, elles seront automatiquement publiées sur le site. Le relevé des noms peut alors commencer grâce à la participation de tous les internautes.


Les dernières nouveautés :

  • possibilité de visualiser des statistiques de toutes les photos prises
  • accès depuis l'appareil aux photos publiées sur Geneanet
  • accès direct à la page qui récapitule l'avancée du projet, sur Geneawiki


Rappel des fonctions de base :

  • choix du cimetière de proximité (dans un rayon de moins de 20 kilomètres de l'endroit où vous vous trouvez) : si le cimetière n'est pas trouvé, créez un projet à son nom.
  • photographie des tombes une à une, avec plusieurs vues possibles par sépulture : le but est bien évidemment de pouvoir lire tous les noms qui sont inscrits et donc de photographier tous les côtés.
  • Synchronisation et publication instantanée de vos photos avec Geneanet en un clic (il faut bien entendu être connecté).
  • Possibilité d'effacer mes photos stockées sur votre appareil si vous n'avez pas choisi de le faire au moment de la synchronisation...

Aujourd'hui, après six mois d'existence de l'application, ce sont plus de 250 000 tombes qui ont été photographiées, alors si vous avez quelques heures à perdre, n'hésitez pas, participez à la sauvegarde de la mémoire grâce à l'application "Sauvons nos tombes" !

Grâce à cette application nous pourrions sauvegarder virtuellement et indexer les tombes importantes de nos cimetières : (Maires, Prêtres, Personnages publics) mais aussi garder une trace des monuments qui présentent un intérêt sur le plan architectural et décoratif.

Si ce projet vous intéresse , vous pouvez me contacter par l'intermédiaire de ce blog ou en ajoutant un commentaire sous cet article.

Repost 0
Published by Charles Antoine VERLY - dans Patrimoine local Cimetières
commenter cet article
15 août 2014 5 15 /08 /août /2014 06:25

Il existe au milieu de cimetière de la Chapelle-Thémer une grande pierre tombale qui ne peut échapper à l'attention des visiteurs de ce lieu.

Ses dimensions sont imposantes, elle mesure 1 m 90 de long et 0,75 de large La pierre de de calcaire a une épaisseur de 20 à 25 cm environ

Elle repose sur deux supports maçonnés et a tendance à pencher sur le coté du fait l’affaissement des supports, ce qui est parfait pour l'écoulement des eaux.

Elle m'a été signalée par Monsieur Raymond Leveque, habitant la Chapelle-Thémer, qui a relevé le texte gravé sur la tombe. Ses notes ont été vérifiées et complétées par Jean Phelippeau a qui l'on doit aussi les photos de cet article.

Vue d'ensemble de la tombe de François Chevallereau

Vue d'ensemble de la tombe de François Chevallereau

L'inscription :  La phrase est gravée en spirale autour des bords de la pierre tombale sur trois lignes concentriques.

Première ligne :

CY GIST LE CORPS /

DE M: FRA..... CHEVALLEREAU MARI ET /

ESPOVX DE DAME /

ELLIZABET MARTEAU VIVANT SIEUR DE LA /

Seconde ligne :

SEGVINIERE /

PROCUREUR ...... DE LA BARONNIE DE /

LA LANDE /

ET DES CHASTELLANNIE DE LA CHAPELL /

Troisième ligne :

THEMER /

ET BODET ......... DE LA BARONNIE /

DE SAINC /

TE HERMINE QVI DECEDA LE 20 NO /

Et une dernière ligne :

VEMBRE 1681 PRIE. .... ... .. .... SON AME.

La pierre tombale vue du dessus.

La pierre tombale vue du dessus.

Nous proposons la transcription suivante :

Cy gist le corps de M(essire) François Chevallereau Mari et époux de dame Elisabeth Marteau vivant sieur de la Seguinière procureur (fiscal) de la baronnie de la Lande et des chatellenie de la Chapelle Themer et Bodet ............ de la baronnie de Saint Hermine qui décéda le 20 novembre 1681. Priez pour lui et pour son âme.

C'est donc un personnage important qui repose ou a reposé sous cette dalle. Pouvons nous en savoir plus sur lui ?

On ne le trouve pas comme seigneur de Bodet dans les généalogie de Guy de Raigniac En revanche on trouve sur le site :

http://gatine-parthenay.pagesperso-orange.fr/laplume/blasons-1.pdf à la page 31

Famille Chevallereau.
Sieur de la Boninnière du Beugnon, vers 1770, par le mariage de Jacques avec Radegonde Mosnay.
Blason : « de sinople à 5 burelles d’or et un cheval de sable brochant le tout ». Blason dit, suivant Léo Desaivre, de fantaisie, porté par Philippe Chevallereau maître chirurgien à Champdeniers en 1696. La Famille Chevallereau, XVII° et XVIII° siècle,
sénéchal de Ste-Hermine, portait « d’or à 2 chevrons de gueules » Armorial du Poitou de Petiet. Variante, Sieur de La Richerie, élection de Fontenay « palé d’or et d’argent de 6 pièces, au cheval d’argent brochant sur le tout » blason donné d’office.

Dans le Bauchet-Fillau, Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Tome deuxième, nous trouvons l'article suivant :

Chevallereau (François), sr de la Séguinière, procureur fiscal des châtellenies de la Chapelle-Thémer et de Bodet, en 1647, de la Chatellenie du Colombier en 1649, puis senechal de Ste-Hermine (1663), épousa (15 oct) 1644 Elisabeth Masteau, fille de Laurent

Ils eurent pour enfants : 1° Guillaume, seigneur de la Dionnière, né le 8 dec 1647, avocat en parlement, sénéchal de la Baronnie de Ste-Hermine. 2 - Charlotte mariée à Pierre Marechal Procureur fiscal de la Baronnie de la Lande et des Chatellenies de la Chapelle-Themer et de Bodet. 3 - Françoise épouse de Jean Florisson, seigneur de la Pouge, P*** du Feniou (Vendée). 4 - François. 5 - Jacques qui épouse Gabrielle de Puyrousset. 6 - Jeanne mariée à Nicolas Florisson, seigneur du Lambert qui tous les six sont mentionnés dans un partage du 1° avril 1691.

Indications généalogiques :

Ce François Chevallereau était le fils de Guillaume, Sieur de la Séguinière, décédé à Touarsais le 14 juin, et d'Hélène Crochet qu'il avait épousé le 12 mai 1616.

Le 14 juin 1650 seur les douze heures du soir est decede Sire Guillaume Chevallereau et le mercredi 15 dud moys son corps inhumé dans leglise de thouarsay par venerable et discrette personne missire Mathurin Soulard pbre prieur de bouledroux RLoyson (ref ADV 009/034 de sépultures nov. 1643-1669 :) (*)

François Chevallereau avait épousé le 15 octobre 1644 Elisabeth Marteau.

Cette dernière reçoit l'abjuration de l'hérésie le 8 avril 1645 à Saint-Martin-Lars. C'est sans doute la raison de l'absence de son acte de mariage sur les registres catholiques. Elle s'est mariée protestante.

8 avril 1645 ref ADV 002/005 de actes d'abjuration de protestants 1644-1660, 1670-1675, 1673, 1685. Le huict Iesme du moys dApvril en lan 1645 a leglise de St Martin Lars par devant le P. Estienne du Tastet de la Compagnie de Jesus Elisabet Marteau femme de Françoys Chevallereau, procureur fiscal de Bede a faict profession de foy dabiuration des heresies de Calvain et Luther et autres contenues en leglise pretendue en presence de Monsieur le Curé dud. Lieu et de sondit Espoux et plusieurs autres personnes et a declaré lad Marteau ne scavoir escripre ayant Eu dud pere Labsolution publiquement des (.... ...) et Chevallereau Le Contenu cy dessus a esté Tiré par extrait de lacte delivré aud Chevallereau par le Reverend Pere du Tastet pour asseurer au Sieur Curé de la Chapelle Themer ladte Marteau estre Catholicque Apostolicq(ue) et Romaine M Cousseau pbre curé de St Martin Lars (*)

Les mariages mixtes ont été interdits en France de 1680 à 1790 / Le mariage Chevallereau /Marteau a donc été un mariage mixte et la date indiquée doit être celle du contrat de mariage

L'abjuration de 1645 laisse la porte ouverte à toutes les suppositions . Le seigneur de Sainte-Hermine à cette époque est protestant: Philippe de Courcillon et il ne doit pas habiter en Poitou mais en Orléanais . Qu'a pensé Laurent Marteau (note : le père d'Elisabeth) de ce changement ? Impossible de le savoir . Informations communiquées par Denis Vatinel, Conservateur du Château du Bois-Tiffrais Musée de la France Protestante de l'Ouest 85110 Monsireigne
site internet : bois-tiffrais.org

Elle est marraine de Nicolas, fils de Jean Racodet, Ecuyer, seigneur de la Guinemandière (Saint Martin Lars en Ste Hermine) le 28 septembre 1656.

François Chevallereau a occupé la fonction de Procureur fiscal. Ce magistrat est celui qui représente le ministère public et engage les poursuites dans le cadre de la justice seigneuriale. Le tribunal étant composé de deux autres personnes : le juge et le greffier. Sa fonction n'a donc rien à voir avec la fiscalité et les impots.

Il a été aussi Sénéchal de Ste-Hermine en 1663. Dans le système féodal français, un sénéchal était un officier d'un seigneur (titré ou non) chargé de la justice seigneuriale (haute, moyenne ou basse) et présidait habituellement les plaids de la seigneurie, cour se réunissant régulièrement pour régler les litiges survenus dans le ressort de la seigneurie, privée ou royale. (Wikipédia)

François Chevallereau meurt le 22 novembre 1681 comme l'indique l'acte suivant qui figure dans les registres de la Chapelle-Thémer.

Le vingt deuxième jour du mois de novembre mille six cent quatre vingt et un est par moy prestre Curé de la Chapelle Themer soussigné a esté enterré en l'église du lieu de la Chapelle le corps de deffunt M(re) François Chevallereau, vivant S(eigneur) de la Seguinière, Sénéchal de la baronnerie de Ste Hermine lequel na reçu que le Sacrement d'extrême onction.

(22 novembre 1681 ref ADV 023/060 de nov. 1674-1697 page 23)

Je n'ai pu retrouver le décès d'Elisabeth Marteau.

* Les renseignements généalogiques, inclus dans cet article, proviennent du site Geneanet dans l'arbre de Lionel Meriau. pseudo : (l121) Nous le remercions pour ces emprunts.

(*)

Repost 0
Published by Charles Antoine VERLY - dans Patrimoine local la Chapelle-Thémer
commenter cet article
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 19:34

Vous pouvez voir les travaux de démolition d'une travée de cette ancienne église. Les résultats de cette "restauration" peuvent paraître réussie mais on peut se demande s'il n'était pas possible d'en sauvegarder un peu plus, en particulier les arcs de l'ancienne voûte qui pouvaient peut être rester en place comme dans l'abbaye de Saint Michel en l'Hern . Des pierres remarquables ont été dégagées, seront-elles présentées au public sous une forme où une autre ?

Vous pouvez vous faire une idée en regardant ces photos.

Vue générale du chantier le 26 juin 2013

Vue générale du chantier le 26 juin 2013

La partie qui sera sauvegardée

La partie qui sera sauvegardée

Partie de la travée soutenue par un contrefort qui va être démolie

Partie de la travée soutenue par un contrefort qui va être démolie

Le dispositif qui soutenait les arcs de l'ancienne voute
Le dispositif qui soutenait les arcs de l'ancienne voute
Le dispositif qui soutenait les arcs de l'ancienne voute
Le dispositif qui soutenait les arcs de l'ancienne voute
Le dispositif qui soutenait les arcs de l'ancienne voute
Le dispositif qui soutenait les arcs de l'ancienne voute

Le dispositif qui soutenait les arcs de l'ancienne voute

Désolé pour les 3 dernières photos qui ne sont pas das le bon sens !
Désolé pour les 3 dernières photos qui ne sont pas das le bon sens !
Désolé pour les 3 dernières photos qui ne sont pas das le bon sens !
Désolé pour les 3 dernières photos qui ne sont pas das le bon sens !
Désolé pour les 3 dernières photos qui ne sont pas das le bon sens !
Désolé pour les 3 dernières photos qui ne sont pas das le bon sens !
Désolé pour les 3 dernières photos qui ne sont pas das le bon sens !
Désolé pour les 3 dernières photos qui ne sont pas das le bon sens !

Désolé pour les 3 dernières photos qui ne sont pas das le bon sens !

De la travée démolie, il ne reste que des gravats au dépôt municipal.
De la travée démolie, il ne reste que des gravats au dépôt municipal.
De la travée démolie, il ne reste que des gravats au dépôt municipal.

De la travée démolie, il ne reste que des gravats au dépôt municipal.

Que sont devenues ces pierres intéressantes ?
Que sont devenues ces pierres intéressantes ?

Que sont devenues ces pierres intéressantes ?

Etat des lieux après la démolition.
Etat des lieux après la démolition.

Etat des lieux après la démolition.

Repost 0
Published by Charles Antoine VERLY - dans Patrimoine local Sainte-Hermine
commenter cet article
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 17:36

Dans Ouest-France du 6 octobre 2013 un article sur la Commanderie de Coudrie à Challans qui vient d'être restaurée par la municipalité.

Une belle réalisation qui redonne espoir pour la chapelle de Féolette dont nous avons parlé dans un précédent article. Cette restauration nous montre que rien n'est jamais perdu en matière de conservation du patrimoine.

Mais il est urgent d'agir, la comparaison de la photo prise en 2009 avec celle de l'article précédent montre la rapidité de la dégradation.

La commanderie de Coudrie : un espoir pour Féolette ?
Repost 0
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 21:40

Un bel anniversaire pour la découverte du patrimoine mais une bien triste journée pour la commanderie de Féolette, chapelle du 12° sciècle, classée monument historique par arrêté du 30 novembre 1994 mais qui continue à s'écrouler peu à peu dans l'indifférence générale. AU SECOURS !!!

Le triste état de féolette en septembre 2013
Le triste état de féolette en septembre 2013

Le triste état de féolette en septembre 2013

Repost 0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 18:06

Comme pour les arbres remarquables (voir notre article précédent) il existe dans nos cimetières des tombes qui méritent toute notre attention et qui pourraient recevoir un label similaire si celui-ci existait en France
Sur le site "l'avenir.net" de nos voisins belges on trouve la définition suivante qui me semble tout à fait pertinente :

"Les sépultures remarquables sont celles qui présentent au moins un de ces intérêts :

Un intérêt historique : la personne inhumée a joué un rôle dans le développement de l’identité culturelle, artistique ou économique de la localité ou du pays.Un intérêt artistique : le monument présente une qualité architecturale (chapelle, mausolée, statuaire, monuments signés…) Un intérêt paysager : le monument crée l’identité visuelle du cimetière ou remplit une fonction technique dans l’aménagement du terrain. Un intérêt technique : le monument est réalisé avec des matériaux inhabituels ou avec des techniques particulières de mise en œuvre de matériaux traditionnels. Un intérêt social : la personne inhumée a eu des activités, une profession ou une fonction constitutive de la société de la localité (élus locaux, instituteurs, prêtres, bienfaiteurs, mineurs, soldats, victimes de guerre, représentants du folklore…)." http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20111029_00067968

Le cimetière de Sainte-Hermine possède un grand nombre de ces sépultures remarquables. Quelques-unes d'entre elles sont marquées par des petits panneaux incitant les familles à prendre contact avec la mairie. Sur d'autres un constat d'abandon a été dressé. Sur le procès-verbal des tombes « Parenteau » il est écrit "le maire [...] a constaté à cet endroit, que la concession n'est plus entretenue et se trouve dans un état d'abandon manifeste"

Quatre des tombes de la famille Parenteau

Quatre des tombes de la famille Parenteau

Sur la photo ci-dessus il est manifeste que ces tombes ne sont pas endommagées, elles ne penchent pas dangereusement, aucune cavité apparente menace les visiteurs et même sur le mauvais cliché pris avec mon téléphone il est possible de lire le nom sur la pierre tombale.
Alors pourquoi sont-elles frappées d'un arrêté d'abandon manifeste ? Je ne veux pas ici prendre parti sur les motifs de ces arrêtés, ni même lancer une quelconque polémique. Mais je voudrais rappeler à la population de la commune qui était la famille PARENTEAU, Elle pourra alors forger son propre jugement sur l'intérêt que représente ce patrimoine.
Le grand père de Henry Armand Parenteau - la première des quatre tombes - Henry Noël Parenteau, maître chirurgien à Luçon a joué un rôle important pendant la période révolutionnaire. Permettez-moi de citer un passage extrait de sa fiche généalogique :

Le 25 mars 1793, était arrivé à Luçon un certain général Huché, avec l'intention "de brûler et d'exterminer tout ce qui se trouvera sous sa main, savoir : la droite depuis Ste Hermine et, sur la gauche, depuis le village de la Claye". Véhémentes protestations de la Société populaire de Luçon, avec à sa tête le président Parenteau. "Un excellent patriote, sûrement un des meilleurs du comité3 aux dires de l'adjudant général Cortez. " Si c'est le meilleur" aurait répondu Huché, "ce sont tous des brigands et je ferai fusiller tout le comité".
Le 30 mars, nouvelle protestation de ladite société populaire aux représentants près de l'armée de l'ouest : " Huché... un homme atroce, qui n'a dans la bouche que des sentences de mort, qui promène sur nos têtes le fer et la flamme....S'il a l'insolence et la cruauté d'un vizir, qu'il sache que nous n'avons pas la patience et la lâcheté des esclaves! "Signé, Parenteau le père et le fils, et 36 autres.
Grâce au courage de ces Luçonnais, relayés par le comité de surveillance de Fontenay le peuple, le 8 avril, le conseil général de Luçon informe le Comité de Salut Public qu'il met en état d'arrestation le Général Huché et le fait conduire par la force armée devant le tribunal de Rochefort. Le général est ensuite transféré à Paris : mais les membres du comité révolutionnaire de Luçon se retrouvent à leur tour au printemps 1794, à la prison du Plessis. Parenteau et les autres y rédigent une longue lettre justificative.
La chute de Robespierre et un arrêté du 2 fructidor (19 août) de la Convention rendent la liberté à Parenteau et aux membres de la Société populaire. Après une halte triomphale à Fontenay, ils seront reçus avec éclat dans leur ville natale. Grâce à Parenteau et à ses amis, Luçon
et la plaine environnante avaient échappé de peu à la terrible sollicitude du général Huché.

cf Elie Fournier "Tureau et les Colonnes infernales " (albin michel)

Son petit fils qui est enterré à Sainte-Hermine a aussi joué un rôle politique. Il a été député à la Constituante de 1848 du 23 avril 1848 au 26 mai 1849. J'ai envie de dire DEPUTE A LA CONSTITUANTE, rien que ça !!! Combien de députés sont issus de Saint-Hermine ?

Ce titre suffit déjà pour rendre ces tombes remarquables.

Les autres tombes Parenteau Ferdinand et son épouse

Les autres tombes Parenteau Ferdinand et son épouse

Mais la tombe de Henry Armand Parenteau fait partie d'un ensemble homogène de monuments funéraires. En effet sur le côté gauche de l'allée 4 tombes identiques sont alignées au pied de la chapelle d'un ancien maire de la Commune. La première est celle de Henry Armand (1800-1875) le seconde, celle de son épouse et cousine Virginie Henriette Julie Moreau (1801-1882) la troisième celle de son fils Basile Jules (1829-1922). La quatrième celle de l'épouse de ce dernier Adèle Tillier (nom bien connu à Sainte-Hermine) née en 1839.
De l'autre côté de l'allée deux autres tombes similaires : la première pour Ferdinand Parenteau, (1827-1904) autre fils du député et la seconde pour son épouse Marie Suzanne Louise Tuffet (1834-1906).
Les six monuments sont identiques dans leur forme et leur dimension et constituent un ensemble unique et original dans l'enclos du cimetière.
Enfin il n'est pas possible de passer sous silence les deux tombes des enfants de Ferdinand Parenteau. Elles sont vraiment magnifiques, finement sculptés et témoignent par leur raffinement toute la douleur que les parents ont dû ressentir lors de leur décès en 1858 et 1860. Ces deux tombes doivent être aussi considérées comme remarquables.

La très belle tombe de Marie Louise Parenteau décédée à l'âge de 14 mois en 1860

La très belle tombe de Marie Louise Parenteau décédée à l'âge de 14 mois en 1860

Pour terminer ce trop long article - mais le sujet est d'importance - je voudrais signaler que le député Henry Armand Parenteau est l'arrière-arrière-grand-père d'une autre figure herminoise, bien présente dans la mémoire des habitants de la commune, maire de Sainte-Hermine de 1947 à 1983, je veux nommer Gérard Jamin.

Si la mémoire de nos anciens a encore un sens, il faut vraiment préserver celles du député Parenteau et de sa famille !

Repost 0
Published by Charles Antoine VERLY - dans Sainte-Hermine Patrimoine local Cimetières
commenter cet article
22 août 2013 4 22 /08 /août /2013 21:57

La fouille archéologique préventive réalisée de mai à juillet 2010 sur le site de la "zone de l'Anglée" à Sainte-Hermine a permis de mettre au jour environ 700 structures appartenant à des occupations allant du milieu de l'Âge du Fer à nos jours. Les résultats ne sont encore que partiels mais ils permettent d'ores et déjà d'appréhender l'évolution du site.

L'opération s'est déroulée sur une emprise de 6 000 m², au sud du bourg de Sainte-Hermine, au sommet d'un plateau prenant place au sein d'un méandre de la Smagne. La fouille fait suite à un diagnostic effectué en 2006 par Bertrand Poissonnier à proximité des vestiges d'une villa sondée dans les années 1960 par André et Jean Bujeaud. Les résultats de ce diagnostic ont justifié une fouille avant la création d'un centre de loisirs par la Communauté de communes du Pays de Sainte-Hermine.

Ces fouilles ont été réalisées par la société Eveha (Etude et Valorisation Archéologiques) qui a édité un très beau et très complet document sur les travaux réalisés sur le territoire de notre canton. Le rapport simplifié signé par Aurélien SARTOU en août 2011 est disponible à l'adresse suivante :

http://www.eveha.fr/?q=node/30

et une plaquette de présentation :

http://www.eveha.fr/sites/all/themes/corporateclean/mockup/downloads/public/plaquette%20-%20Sainte%20Hermine.pdf

Les nouvelles fouilles de l'Anglée

Saluons ici l'excellence de la communication de la société Eveha qui met à disposition sur son site internet des renseignements précis et complets. Ces supports de médiation sont accessibles en ligne et peuvent être téléchargés pour un usage personnel et l'oeuvre peut être librement utilisée. (voir http://www.eveha.fr/?q=node/50 chapitre ressources - Documentation grand public).

J'espère que les résultats complets de ces fouilles seront prochainement mis à la disposition du public de Sainte-Hermine et des personnes qui s'intéressent au patrimoine de notre région.

Si l'association locale Histoire et Patrimoine du Canton de Sainte-Hermine avait pu en 2011 organiser deux passionnantes visites du chantier de fouille du Vendéopole grâce à l'amabilité du responsable de l'INRAP, il faut regretter pour le chantier de l'Anglée qu'elle n'ai pas été alertée par l'un ou l'autre de ses adhérents et que le public local ait ainsi été privé de l'occasion de prendre connaissance "in situ" de l'histoire de la commune.

Vous trouverez en pièces jointes la publication d'Eveha sur ces fouilles. Je profite aussi de l'occasion de re-publier sur le site histoire anecdotique du pays de Sainte-Hermine http://hapsh.over-blog.com/les-fouilles-de-l-angl%C3%A9e-dans-les-ann%C3%A9es-60 le rapport complet des fouilles de l'Anglée réalisées par notre regretté compatriote André Bujeaud dans les années 1960.

Repost 0
Published by Charles Antoine VERLY - dans Sainte-Hermine Archéologie Patrimoine local
commenter cet article
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 16:06

Une vue de la grande maison de la Gande Rue qui fut emportée par les inondations de la Smagne en 1960.

 

Cs Ste Hermine Le pont sur la smagne

 

 

A retrouver dans l'album photo de ce blog.: http://epeb.over-blog.com/album-1412659.html

Repost 0
Published by Charles Antoine VERLY - dans Patrimoine local Sainte-Hermine
commenter cet article